Ouvrir la voie à des activités durables

Young shoots in test tubesClick to enlarge

La durabilité est un moteur stratégique de longue date pour Solvay. Le Groupe a en effet conscience du fait que des activités plus durables passent non seulement par des activités plus saines, mais aussi par plus de croissance. La clé est d'évaluer la durabilité d'un produit le plus fidèlement possible…

Par conséquent, Solvay a conçu un outil unique en son genre pour évaluer ses produits en termes de durabilité environnementale, sociale et entrepreneuriale. L'outil de gestion de portefeuille durable (Sustainable Portfolio Management en anglais, ou SPM) repose sur des données concrètes et donne le bon cap pour une évaluation globale des produits Solvay basée sur un ensemble de trois critères : 
  • empreinte environnementale, 
  • impact social,
  • réponse à la demande et aux défis du marché.

Cartographie de la durabilité

Un produit ne peut être qualifié de « vert » qu'après analyse de tous les aspects à prendre en compte. Solvay entend ainsi répondre aux besoins actuels du marché en matière de durabilité en allant au-delà d'une simple évaluation des composants biodégradables ou renouvelables. L'objectif est de proposer des solutions complexes moins énergivores, plus économes en ressources, ayant un impact positif sur la société, etc. « En ce qui concerne l'empreinte du processus de production, la méthodologie SPM permet de comparer l'impact environnemental d'un produit avec sa valeur pour l'ensemble de la société. Nous évaluons cette valeur sur la base du prix que le marché est disposé à payer pour le produit», explique François De Vos, Business Sustainability Advisor de Solvay.
 
Pour s'assurer que nos produits sont conformes aux attentes croissantes des marchés, la méthodologie SPM repose sur une évaluation qualitative basée sur la réponse à 60 questions simples. Il s'agit d'apprécier quel produit est destiné à quelle application et à quel environnement. « Nous cherchons à améliorer les processus décisionnels au sein de Solvay. Si le bénéfice en termes de durabilité n'est par concret, mais s'apparente à un simple exercice de "greenwashing", il est très peu probable qu'il ait des retombées positives en termes de croissance des activités», précise Dominique Debecker, Deputy Chief Sustainability Officer chez Solvay.

L'évaluation SPM débouche sur la classification des produits en termes de risques pour l'entreprise liés à leur empreinte environnementale et d'opportunités de marché ou de défis associés à la durabilité. On obtient ainsi une « carte thermique » sur laquelle les produits apparaissent dans trois catégories : Solutions, Neutres ou Défis. La première catégorie (Solutions) comporte des produits utilisés dans le cadre d'une application présentant un « bénéfice direct, notable et mesurable pour la société et l'environnement ». En 2016, 84% du chiffre d'affaires total de Solvay a été analysé en ce sens. Il en ressort que 43% des ventes concernent des solutions durables (soit un bond spectaculaire depuis les 25% mesurés il y a trois ans). 



Implication des clients dans des processus décisionnels ciblés

Ce processus d'évaluation va au-delà d'une simple classification des produits. L'objectif est d'axer en permanence les décisions prises sur la durabilité. « Notre méthodologie a été conçue pour faire plus rapidement le distinguo entre les bonnes et les mauvaises idées ou opportunités. L'objectif premier est de faire en sorte que nous prenions des décisions plus avisées, plus souvent et plus rapidement que nos concurrents. Le facteur de durabilité doit impérativement être pris en compte», ajoute Dominique Debecker.
 
Abstraction faite de la phase d'évaluation du produit, l'outil SPM vise à aider les GBU à identifier de nouvelles opportunités de croissance dans leurs environnements respectifs, en s'assurant que les décideurs disposent d'informations pertinentes et fiables. « Nous avons rédigé un guide pratique à l'intention de toutes les parties prenantes, des cadres aux techniciens en passant par les équipes commerciales, de façon à ce que tous les acteurs comprennent ce que signifie le concept de création durable de valeur.» A l'échelle du Groupe, la méthodologie SPM est devenue un outil d'analyse obligatoire, à mettre en œuvre en amont de tous types de décisions (marketing, acquisitions, stratégie, innovation...).
 
Sa portée s'étend également à l'extérieur de l'entreprise. Solvay souhaite que ses clients partagent son souci de la durabilité. Forte d'une tradition de collaboration avec le monde extérieur, l'entreprise sait que c'est en travaillant main dans la main avec lui qu'elle optimisera ses solutions. Dominique Debecker : « Une fois l'évaluation effectuée par nos services, les GBU se rendent chez leurs clients et cherchent à recueillir leur point de vue, l'objectif étant d'établir comment nous pouvons collaborer pour développer ensemble des solutions compétitives.»

Un leadership largement reconnu

Conçue par nos services en 2009 alors qu'il n'existait aucun équivalent sur le marché, la méthodologie SPM a été constamment améliorée et complétée. « Nous avons commencé à travailler sur ce projet il y a environ 10 ans, et cela reste une initiative pionnière aujourd'hui. Peu d'entreprises se sont dotées d'un outil permettant de mesurer l'impact de chacune de leurs décisions sur la durabilité de leurs activités.»
 
Il est donc logique que la méthodologie suscite un grand intérêt : les clients, les professionnels, mais aussi des entreprises de secteurs très différents viennent vers Solvay pour en savoir plus. « Nous sommes considérés comme un leader dans ce domaine, les entreprises étant conscientes de la valeur ajoutée qu'offre notre processus, elles souhaitent obtenir plus d'informations.» La méthodologie est également reconnue comme l'une des meilleures par des instances qui font autorité, comme le conseil mondial pour le développement durable (WBCSD) ou CSR Europe.
 
Le cap est donné, mais la route est encore longue. Il faudra du temps pour créer une nouvelle vision de la conduite des affaires. « C'est un processus de mutation profonde. Notre méthodologie a fait ses preuves. Il nous faut désormais travailler à son déploiement dans toute l'entreprise.» Pour les années à venir, l’objectif de Solvay est de réaliser au moins 50% de son chiffre d’affaires avec des solutions durables à l’horizon 2025. Cela va de pair avec les autres objectifs sociaux et environnementaux du Groupe à l'horizon 2025, tels que la réduction de l'émission de gaz à effet de serre de 40% ou encore la division par deux du nombre d'accidents du travail. « L'objectif de 50% à l'horizon 2025 a été fixé il y a à peine deux ans. A l'époque, nous n'étions pas sûrs de pouvoir l'atteindre un jour,se rappelle Dominique Debecker. Aujourd'hui, compte tenu des progrès déjà enregistrés, nous pourrions envisager un objectif encore plus ambitieux. Quoi qu'il en soit, nous pouvons être fiers du travail accompli jusqu'ici.»




Pioneering the road to sustainable business