Avec pas moins de trois nouveaux matériaux, une plateforme e-commerce, des collaborations en série et même une compétition étudiante internationale, Solvay s’est donné les moyens d’accélérer le développement de la fabrication additive.

Tout le monde a sa petite idée sur la fabrication additive, plus connue sous le nom d’impression 3D. Nous avons tous vu de petites imprimantes réaliser des maquettes ainsi que des appareils de grande taille capables “d’imprimer” des maisons entières. Mais la fabrication additive va beaucoup plus loin. Elle est devenue un moyen révolutionnaire d’accélérer le prototypage, de réduire les frais de transport et d'accroître considérablement la liberté de création. Elle ouvre un tout nouveau chapitre dans l'histoire de la fabrication, et la demande ne fait que croître.

De son côté, Solvay a multiplié au cours des dernier mois les annonces concernant cette industrie en plein croissance. Le Groupe, qui fournit des matériaux haute performance pour l’impression 3D, joue un rôle central dans le développement de cette technologie, et entend devenir le premier fournisseur de polymères de spécialité destinés à la fabrication additive.

Solvay pose les bases de sa stratégie pour devenir le leader mondial des polymères avancés destinés aux procédés d’impression 3D

Christophe Schramm, Responsable de l’activité Fabrication additive au sein de la GBU Specialty Polymers de Solvay

Des filaments haute performance

Dans ce contexte, Solvay a annoncé au printemps 2018 le lancement de ses premiers polymères de spécialité sous forme de filaments haute performance, permettant d’imprimer en 3D des pièces au moyen de la technologie d'impression par dépôt de matière fondue (FFF). Ces trois nouveaux filaments sont issus des polymères polyétheréthercétone (PEEK) KetaSpire® et polyphénylsulfone (PPSU) Radel® de Solvay, et constituent les premiers éléments d’un vaste portefeuille de filaments et poudres à base de polymères de spécialité, spécialement conçus par le Groupe pour les applications AM avancées.

“Les nouveaux filaments AM de Solvay illustrent la convergence entre la fabrication additive et les polymères de spécialité, nécessaire pour permettre à l’impression 3D de réaliser toutes ses promesses,” résume Christophe Schramm, responsable de l’activité Fabrication additive au sein de la GBU Specialty Polymers de Solvay. “Avec le lancement de ces produits, Solvay pose les bases de sa stratégie pour devenir le leader mondial des polymères avancés destinés aux procédés d’impression 3D.”

 

Toujours plus robustes

Ces matériaux offrent les caractéristiques recherchées par les entreprises et les ingénieurs pour créer des prototypes high-tech : résistance à la chaleur et à l’usure, et robustesse. Les filaments de PEEK (en l’occurrence le PEEK KetaSpire® et le PEEK chargé en fibres de carbone KetaSpire® incorporant 10% de fibres de carbone pour une résistance accrue) sont conçus pour procurer aux pièces densité et robustesse, grâce à une fusion optimisée des couches. Outre une excellente solidité, le PPSU Radel®  apporte également la transparence, l’élongation ainsi que la résistance aux impacts et la résistance chimique. Solvay met également au point une poudre pour fabrication additive basée sur son polymère polyéthercétonécétone (PEKK) NovaSpire®, destinée aux secteurs de l’aéronautique et de la santé. 

L’approche proactive adoptée par Solvay vis-à-vis de cette industrie a abouti au lancement d’une nouvelle plateforme de commerce en ligne (www.solvayamshop.com), ayant pour objectif d'offrir une meilleure expérience au nombre croissant d'utilisateurs de la fabrication additive, en leur fournissant un accès direct aux matériaux avancés de Solvay ainsi qu’une tarification transparente.
 

 

Un écosystème de la 3D 

Quelle que soit leur performance, ces matériaux ne se suffisent pas à eux-mêmes. Dans le domaine de la fabrication additive comme tant d'autres, Solvay stimule l’innovation via la collaboration, en cherchant constamment de nouvelles synergies et en jouant un rôle proactif dans un écosystème dynamique de leaders et d'innovateurs industriels. Le Groupe collabore notamment avec des acteurs clés tels que e-Xstream engineering, créateur du logiciel de simulation  Digimat® et Ultimaker, l’un des premiers fabricants mondiaux d’imprimantes 3D.

C’est ainsi que le PEEK KetaSpire® a été le premier polymère polyétheréthercétone intégré dans le logiciel Digimat® 2018.1, lancé en 2018 afin de permettre aux utilisateurs de limiter la déformation des pièces avant leur impression en 3D. “Solvay met à profit son partenariat de longue date avec e-Xstream engineering pour augmenter le nombre de polymères de spécialité disponibles à des fins de simulation sur la plateforme Digimat®, et permettre ainsi à nos clients d'obtenir une " impression parfaite du premier coup ", souligne Christophe Schramm. 

“ Grâce à l’expertise et à l’innovation collaborative de Solvay, Digimat® peut offrir de nouveaux matériaux de pointe permettant de repousser les limites de la création de pièces imprimées en 3D ”, ajoute Roger Assaker, CEO d’e-Xstream engineering.

De son côté, Ultimaker a annoncé en avril 2018 la conclusion d'une alliance collaborative avec de grands fournisseurs de matériaux, dont Solvay, en vue du développement de matériaux d’ingénierie compatibles avec ses imprimantes 3D. La GBU Specialty Polymers de Solvay met actuellement au point un matériau optimisé pour les imprimantes Ultimaker, tandis qu’Ultimaker fournira un logiciel permettant à ses clients d’utiliser ce matériau en toute confiance sur ses imprimantes 3D.

 

Un concours d’impression 3D 

Enfin, cet automne sera marqué par la seconde édition de l’Additive Manufacturing Cup de Solvay, un concours international dans lequel des équipes d’étudiants doivent réaliser des objets en 3D avec une grande précision.
 
A l’occasion de la première AM Cup organisée en 2017, plus de 30 équipes de 13 pays avaient entrepris d’imprimer des objets avec des filaments de PEEK, un polymère à la fois ultra performant et exigeant. Cette année, les équipes d’étudiants auront pour mission d’imprimer une pièce complexe à partir de PPSU. Les lauréats, dont le nom sera dévoilé en mars 2019, remporteront la somme de 10 000 euros. Le futur de la fabrication additive est déjà en marche !
 

Solvay-3D-printing