Dans le cadre de sa démarche de durabilité Solvay Way, le Groupe encourage la protection de la diversité autour de ses installations. Avec ses espèces rares d’orchidées et son abondante production de miel, le centre de recherche RIC Lyon de Solvay applique avec ferveur ces directives.

Le Centre de Recherche et d’Innovation de Lyon est le plus ancien des neuf centres de recherche corporate de Solvay. Construit en 1959 dans les environs de Lyon, il accueille environ 500 collaborateurs qui conduisent des recherches dans un large éventail de domaines, allant de la chimie organique aux polymères et matériaux.

 

Du miel à profusion

Il y a quelques années, le RIC Lyon a installé douze ruches dans les bois situés à côté des bâtiments du laboratoire, à l’initiative d’un employé ayant l’expérience de l’apiculture. Désormais retraité, il continue à s’occuper des ruches. “Les abeilles se portent incroyablement bien,” déclare Philippe Marchal, expert en microbiologie et écotoxicologie et correspondant biodiversité au RIC Lyon. “Leur rendement est vraiment stupéfiant.”

Les abeilles produisent chacune année cent kilos de miel, remplissant 800 pots avec trois types de miel de diverses essences. “Nous n’en vendons aucun,” poursuit Philippe. “Nous les donnons aux employés ainsi qu’à une épicerie solidaire locale.” Chaque année, dans le cadre des journées Solvay Way, le RIC Lyon organise des animations, des ateliers sur la sécurité et la durabilité ainsi que des visites des ruches pour accroître la sensibilisation à la biodiversité.

beehives-and-orchids-protection-program

 

Des orchidées près de l’autoroute

D’autres collaborateurs du site ont une passion pour la botanique. L’un deux se trouve être un spécialiste des orchidées, et voit certains spécimens pousser sur la pelouse du centre depuis une vingtaine d’années. Il y a cinq ans, une étude menée par un cabinet de conseil environnemental a confirmé la présence de plusieurs espèces sur le site, dont une espèce rare. “A la suite de cette confirmation, nous avons mis en place des actions pour protéger les orchidées, notamment en délimitant des zones où l’herbe ne doit pas être tondue, et en plaçant de petits panneaux indiquant la présence des fleurs,” affirme Sébastien Righini, Chef de département au RIC Lyon et correspondant local pour Solvay Way.

La confirmation de l’existence d’une espèce rare d’orchidées de montagne en 2017 a suscité l’étonnement. “Cette espèce n’était pas protégée, ce qui rend d’autant plus surprenant sa présence ici, aussi loin des montages et dans un environnement relativement urbain, à proximité d’une autoroute,” explique Sébastien. Une seconde espèce rare pourrait bien avoir été découverte, et son existence sera confirmée dès sa floraison. A ce jour, huit espèces d’orchidées ont été recensées sur le site de RIC-Lyon, avec environ 250 plantes.

 

Une curiosité naturelle

Pourquoi le RIC Lyon est-il aussi propice à la biodiversité ? Tout d’abord, avec ses vastes pelouses et bois adjacents abritant une grande diversité d’espèces d’arbres (une campagne de plantation d’arbres a même été menée en 2017), le centre possède un environnement unique, en dépit de la proximité du trafic routier. Mais cela n’explique peut-être pas tout : “Nous avons la particularité d’être un centre de recherche scientifique,” souligne Philippe. “Les gens qui y travaillent sont tous des scientifiques, naturellement curieux du monde qui les entoure.”

Mais comme l’explique Sébastien, l’impact positif de cette sensibilisation environnementale aigue s’étend au-delà du centre : “Nous pensions que les personnes chargées de tondre la pelouse se plaindraient de devoir contourner les orchidées. Elles en sont au contraire très heureuses. C’est donc une évolution positive pour tout le monde.”