Une fermeture de mines en toute sécurité

Les gisements d’or, d’argent et de plomb de la région de Chiprovtsi, au nord-ouest de la Bulgarie, sont exploités depuis plus de 2000 ans. Lorsque la mine de fluorite exploitée par Solvay a cessé son activité en 2016, sa fermeture a été confiée au département de réhabilitation environnementale (ER) de Solvay. Cette mission représentait un défi unique en son genre.

Le département ER, qui dépend de la Fonction Industrielle chez Solvay, gère la fermeture des sites du Groupe. L’une des premières tâches de l’équipe a consisté à sceller les entrées de la mine de fluorite de Chiprovtsi avec un mur de béton d’un mètre d’épaisseur.

Un défi de taille

La principale difficulté résidait dans les accès situés entre la mine de fluorite et les anciennes mines creusées par l'exploitant précédent. Les autorités locales ont exigé qu’ils soient également scellés avec du béton, mais Pierre Matz, membre de l’équipe ER de Solvay, les a mises en garde : “Le poids d’une barrière de béton aurait pu entraîner l’effondrement de la mine. Par ailleurs, la mise en œuvre de cette solution aurait été à la fois délicate et très coûteuse”.   
Une meilleure solution s’imposait. 

Filtrer les accès 

A l’issue d’une concertation avec les autorités locales, il a été convenu que Solvay installerait des filets d’acier pour bloquer les accès, similaires à ceux utilisés sur les routes pour prévenir la chute de pierres. Les mailles devaient être suffisamment larges pour laisser passer les chauves-souris et autres petits animaux, tout en empêchant les individus et animaux de grande taille d’entrer et de tomber éventuellement dans les mines.

Roman-mines collage of images


L’équipe ER de Solvay s’est mise en quête d’un entrepreneur bulgare expérimenté et soucieux de la sécurité pour installer les filets. Le Groupe a également appelé en renfort une entreprise française réputée, habituée à travailler dans les environnements montagneux. Le premier jour, les équipes ont coordonné les procédures de sécurité afin de garantir leur conformité avec les exigences strictes de Solvay en la matière.  

Roman mines Infographic


Le travail d’équipe s’est enchaîné tout naturellement les jours suivants. Des trous d’un mètre ont été creusés dans la roche, et une tige d’ancrage a été fixée dans chaque trou. Puis le filet a été relié aux différents points d’ancrage afin de sécuriser l’accès aux anciennes mines. 

Toutes les entrées des mines sont désormais fermées, et Solvay peut par conséquent  rétrocéder la concession minière aux autorités bulgares en toute confiance, sachant que sa sécurité est assurée pour les décennies à venir.