L’efficacité du peroxyde d’hydrogène pour le traitement de l’eau

Le peroxyde d’hydrogène présente de nombreux avantages pour le traitement de l’eau potable par comparaison avec le chlore. A la suite d’une longue collaboration avec Solvay, la municipalité de Rio de Janeiro a décidé d’utiliser du peroxyde d’hydrogène pour la préoxydation de l’eau du robinet en 2018, et son exemple va bientôt être suivi par d’autres villes brésiliennes.

La plus grande usine d’épuration du monde est située à Rio de Janeiro. Gérée par l’entreprise locale CEDAE (Companhia Estadual de Águas e Esgotos), elle alimente 10 millions d’individus, mais puise son eau dans le Rio Guandu, fortement pollué par des eaux usées et effluents industriels rejetés en amont.

Découvrez les solutions de traitement de l’eau de Solvay

C’est la raison pour laquelle le traitement de l’eau comporte une étape de préoxydation qui neutralise les polluants. Or le peroxyde d’hydrogène s'avère plus efficace que le chlore, traditionnellement utilisé à cet effet. Il a également pour avantage de produire une eau sans goût chimique, d'être meilleur marché et plus écologique, étant donné qu'il se décompose en eau et oxygène. L’utilisation d’H2O2 évite en outre la formation de trihalométhanes, des substances  chimiques carcinogènes produites par le chlore lorsqu’il réagit avec des matières organiques naturellement présentes dans l’eau.

Water-treatment-RIO

 

Un traitement de l’eau répondant aux préoccupations environnementales

Le problème réside dans la forte résistance au changement :  les gens sont habitués au chlore, qui reste une solution efficace,” explique Cedric Schmitt, Directeur Commercial chez Peroxidos do Brasil, Solvay. “Mais les individus et les municipalités sont de plus en plus préoccupés par les enjeux de durabilité et de santé publique, et désireux d’adopter une solution plus durable.” 

Par ailleurs, la tendance mondiale est à l’abaissement des seuils de micropolluants autorisés, et favorise par conséquent une solution plus performante. La préoxydation d’eau potable à base de chlore est une pratique de moins en moins courante, même si le chlore reste nécessaire pour la phase de désinfection finale, afin de respecter les exigences réglementaires.

Il aura néanmoins fallu à Solvay dix années pour  convaincre les autorités de Rio. “La principale difficulté a consisté à prouver le bien-fondé du peroxyde d’hydrogène comme solution alternative pour la préoxydation,” poursuit Cedric. “Avec le temps, nous sommes parvenus à établir un partenariat durable.” Le personnel technique et les experts de Solvay et de la CEDAE ont participé à des réunions, à des essais en laboratoire et à des démonstrations, dans le cadre d’un véritable processus de cocréation.

Notre succès à Rio a démontré l’efficacité du peroxyde d’hydrogène et nous a aidés à rééditer cette opération dans d’autres villes.
 

Cedric Schmitt, Commercial Manager, Peroxidos do Brasil, Solvay

Le coup de pouce des Jeux Olympiques de 2016

Les Jeux Olympiques de 2016 à Rio ont contribué à accélérer la mise en œuvre du projet. “Durant les Jeux Olympiques, nous avons testé la solution à grande échelle,” explique Cedric. “Cette visibilité internationale a créé un contexte propice à l’accélération du processus d’approbation.” D’autant plus que les essais ont été très concluants, avec l'obtention d'une eau de qualité supérieure à celle produite avec du chlore. L’efficacité du peroxyde d’hydrogène a également permis de réduire de 10 % les coûts liés à l’utilisation d’autres produits chimiques pour traiter l’eau.

Après tous ces efforts, Solvay a remporté en 2018 l’appel d’offres lancé par le gouvernement local pour la fourniture de 2,1 kilotonnes de peroxyde d’hydrogène Interox à la plus grande station d'épuration de Rio, qui approvisionne 10 millions d'individus. L’appel d’offres a été reconduit en 2019 et étendu à quatre stations d’épuration supplémentaires. Solvay fournit également une assistance technique à travers des visites mensuelles, et assure la maintenance sur site. L’utilisation de H2O2 pour le traitement d’eau potable était une première au Brésil, même si ce produit est déjà utilisé pour d’autres applications telles que l’élimination des algues dans les réservoirs. 

Nous nous sommes servis de notre succès à Rio comme d’une étude de cas pour démontrer l'efficacité du peroxyde d'hydrogène,” déclare Cedric. “Ce succès nous a procuré une importante visibilité, qui nous a aidés à rééditer cette opération et à accélérer l’adoption de peroxyde d’hydrogène par d’autres municipalités. Nous avons déjà commencé à collaborer avec les autorités locales de Sao Paulo, première ville du Brésil, ainsi que dans la province de Pernambuco”.