Depuis les prestigieux congrès organisés au début du 20ième siècle jusqu’au Prix pour la Chimie du Futur, Solvay a toujours eu pour tradition d’encourager la recherche scientifique, avec pour moteur non seulement sa passion pour la science, mais également son intérêt de longue date pour l’intelligence collective.

Solvay Prize Ceremony 2015

Les Congrès Solvay ont connu un déclin après la seconde guerre mondiale, et leur disparition a même été envisagée avant qu’ils ne soient rétablis par Jacques Solvay dans les années 1960. Président des Instituts Solvay de 1958 à 2010, le petit-fils d’Ernest Solvay a veillé à ce que les Congrès retrouvent leur prestige d’avant-guerre. Leur image a été associée à des sommités scientifiques parmi lesquelles Ilya Prigogine (1917-2003), physicien et chimiste belge d’origine russe réputé pour ses travaux sur la théorie du chaos, nommé directeur des Instituts en 1959 et lauréat d’un Prix Nobel en 1977.

Aujourd’hui, les Instituts Internationaux de Physique et Chimie Solvay se réunissent chacun leur tour tous les trois ans (une année pour la physique, une année blanche et une année pour la chimie). Cette année, la physique a été à l’honneur au mois d’octobre. Jean-Marie Solvay a pris la succession de Jacques en 2010. Les Instituts Solvay continuent à marquer de leur empreinte la communauté scientifique internationale, et même si l’histoire prestigieuse et les grands noms des premiers congrès appartiennent désormais au passé, la qualité des congrès actuels reste inégalée, avec la participation de lauréats du Prix Nobel existants ou en devenir. Ainsi, le chimiste hollandais Ben Feringa, qui a reçu le Prix Nobel en 2016 après avoir remporté le Prix Solvay, a participé à plusieurs congrès. Les comités scientifiques qui organisent les congrès de physique et chimie sont composés d’éminents scientifiques de renommée mondiale, qui ont toute latitude pour choisir les thèmes traités ainsi que les participants.

Professor Ben Feringa
Ben Feringa

En évoquant d'ailleurs le Prix Nobel, la comparaison entre Alfred Nobel et Ernest Solvay n’est pas sans intérêt. A l’ère de la seconde révolution industrielle, ces deux capitaines de l’industrie chimique ont investi leur fortune personnelle pour favoriser les avancées scientifiques, mais tandis que le premier a créé un prix pour récompenser des recherches abouties, le second a préféré encourager la recherche universitaire et les progrès scientifiques en général. “Ernest Solvay a encouragé les recherches motivées par la curiosité, et le Prix Solvay suit aujourd’hui la même logique, remarque Richard Thommeret, Directeur de la Communication de la Recherche & Innovation chez Solvay. Les travaux des lauréats des Prix Solvay ouvrent la voie à de nombreux développements. Solvay récompense les scientifiques pour l’impact potentiel de leurs travaux.”

 

Des associations scientifiques internationales

Mais l’implication de Solvay dans la recherche scientifique ne se limite pas à ses Instituts. Ainsi, lorsque le Fonds de la recherche scientifique belge (FNRS) a été fondé en 1927, la famille Solvay a été son principal sponsor en finançant un quart de son budget total !

Quelques années auparavant, Ernest Solvay avait déjà joué un rôle déterminant dans la création, en 1911 à Paris, de l’Association internationale des sociétés chimiques (AISC), qui a ensuite donné naissance à l’Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA), reconnue comme l’autorité mondiale en nomenclature et terminologie chimiques.

international-association-of-chemical-societies

A travers ses Congrès, Solvay a toujours eu pour objectif de renforcer la dimension internationale de la science, afin de permettre aux scientifiques des différentes “nations” (pour emprunter le terme utilisé à cette époque) d’échanger entre eux en dépit de la montée des nationalismes en Europe. “C’est la raison pour laquelle il a été décidé que les Congrès auraient lieu dans un pays neutre, la Belgique, et seraient présidés par un scientifique hollandais polyglotte, explique Nicolas Coupain, Corporate Heritage Manager. Ceci correspondait parfaitement à la vision d’Ernest Solvay, qui souhaitait inciter les élites scientifiques à collaborer quelle que soit leur nationalité, à une époque où la science était principalement considérée d’un point de vue national.”

 

L’innovation ouverte avant l’heure

De nos jours, l’héritage d’Ernest Solvay est perpétué au sein du Groupe et via les Instituts Solvay, deux organisations opérant distinctement bien que partageant un même fondateur ainsi qu’une passion commune pour l’excellence scientifique. “Ernest Solvay a compris que rassembler des scientifiques dans une même pièce ne pouvait être que bénéfique, explique Richard Thommeret. Cet état d’esprit, que l’on qualifierait aujourd’hui d’« innovation ouverte », est encore très présent dans le Groupe à l’heure actuelle.”

SolvayPrize_Visuel2017

L’idée d’un patronage scientifique favorisant une recherche motivée par la curiosité tout en accordant une totale liberté de travail aux scientifiques semble avoir perduré jusqu’au 20ième siècle. Cette continuité est symbolisée par le Prix Solvay pour la Chimie du Futur, décerné tous les trois ans (le lauréat  2017, le professeur Susumu Kitagawa, a été proclamé en novembre), ainsi que par la manière dont le Groupe envisage au quotidien la recherche et la collaboration. Comme le disait Ernest Solvay en personne,  “Nous avons toujours opéré en nous imposant une obligation de progrès permanent.”