La collaboration entre l'industrie et les gouvernements est essentielle

Le carbonate de soude est un ingrédient essentiel de notre vie quotidienne. Il est présent dans les fenêtres de nos maisons, dans les détergents que nous utilisons pour nettoyer, dans les batteries rechargeables qui alimentent nos appareils électroménagers, entre autres applications. Il est donc juste de dire qu'une vie sans lui est presque inimaginable. 

Bien qu'ils soient utilisés dans de nombreuses solutions durables telles que les batteries lithium-ion, les processus de fabrication traditionnels restent à forte intensité de carbone. Comme Solvay prévoit d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, il est essentiel que nous menions notre activité historique vers un avenir durable. Mais nous ne pouvons pas y parvenir seuls. Des partenariats solides avec les gouvernements, les communautés locales et les clients ont été et resteront des moteurs nécessaires pour réaliser une transition abordable et compétitive vers un carbonate de soude durable.  

Chez Solvay, nous avons déjà commencé à poser les bases avec un programme ambitieux à deux niveaux.

https://youtu.be/hJIu5PlNLYA

Première étape : tout commence par la transition énergétique 

La première étape est la transition énergétique. Dans le cadre de nos projets de neutralité carbone, Solvay s'est fixé pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30 % d'ici 2030. Pour y parvenir, nous remplaçons le charbon par des ressources énergétiques plus propres sur l'ensemble de nos sites de carbonate de soude. 

La biomasse est l'un des moyens d'y parvenir. Sur notre site de Rheinberg, par exemple, les chaudières à charbon sont remplacées par des alternatives qui utilisent des déchets de bois pour produire de la vapeur et de l'électricité. Cela permettra non seulement de réduire les émissions de CO2 du site de 65 %, mais aussi de fixer une nouvelle référence en matière de durabilité : les niveaux de GES à Rheinberg seront même inférieurs à ceux des usines qui produisent du carbonate de soude dérivé du trona. Pendant ce temps, à Devnya, diverses sources renouvelables, dont des granulés de coques de tournesol, seront utilisées pour alimenter les processus de production de notre plus grand site européen et réduire de 20 % les émissions liées à la production d'énergie.

Aerial-View-to-Soda-Ash-Plant-Rheinberg-SOLVAY-GmbH-Helen-Heinel

Nous avons introduit une approche similaire d'économie circulaire à Dombasle en n'utilisant que des déchets produits en France, et provenant principalement du Grand Est et des régions voisines. L'utilisation de déchets locaux non recyclables comme énergie verte permet chaque année d'éviter la mise en décharge de 400 000 tonnes de déchets et d'économiser 200 000 tonnes de charbon importé.

Le site Solvay de Dombasle est un exemple réussi de décarbonisation. Félicitations ! Vous apportez la preuve par l'exemple que l'on peut concilier industrie et climat. L'État sera là pour vous aider à poursuivre dans cette voie.

Bruno Le Maire
Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

D'importants investissements ont également été réalisés sur d'autres sites. Déjà équipés d'une centrale de valorisation énergétique des déchets depuis 2006, nous avons récemment investi 48 millions d'euros supplémentaires pour moderniser notre unité de cogénération au gaz à Bernburg et maintenir notre faible empreinte CO2 sur le site. Nous avons également suivi le mouvement en Italie en construisant une turbine à gaz à haut rendement énergétique sur notre site de Rosignano. En mettant en œuvre un système de cogénération qui combine les processus de production de chaleur et d'électricité, nous avons pu maintenir une capacité de production standard avec moins d'énergie, ce qui a permis de réduire de 40 % les émissions de CO2 du site. 

Et de l'autre côté de l'étang, à Green River, dans le Wyoming, nos calcinateurs et nos chaudières passent du charbon au gaz, une ressource locale facilement disponible, ce qui permet d'économiser 280 kilotonnes de CO2 par an. Cela s'ajoute au nouveau projet que Solvay a lancé pour déployer une nouvelle technologie révolutionnaire qui réduira les émissions de gaz à effet de serre provenant des opérations minières de Trona. Cela permettra de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre du site tout en augmentant sa capacité. Il fera également de Solvay la première entreprise à mettre en œuvre une technologie d'oxydation thermique régénérative pour réduire les émissions d'une mine de trona.

Deuxième étape : révolutionner l'industrie du carbonate de soude 

Bien sûr, pour atteindre le niveau zéro, il ne suffit pas d'éliminer progressivement le charbon. La prochaine étape cruciale est l'innovation des procédés, ce qui signifie changer la façon dont nous fabriquons le carbonate de soude. Ici, Solvay a récemment fait une annonce révolutionnaire : nos chercheurs ont breveté une méthode plus durable pour produire du carbonate de soude, réinventant ainsi le processus Solvay original.

Sur notre site de Dombasle, nous pilotons ce nouveau processus de production. Il apporte trois améliorations révolutionnaires à notre procédé Solvay actuel : 50 % d'émissions de CO2 en moins ; 20 % de consommation d'énergie et de ressources naturelles en moins, notamment l'eau, le sel et le calcaire ; et l'élimination complète des résidus de calcaire. Une fois validé, nous mettrons en œuvre ce nouveau procédé Solvay sur tous nos sites et propulserons nos ambitions en matière de durabilité dans une nouvelle ère qui changera considérablement le paysage du carbonate de soude. 

operators-solvay-in-Torrelavega-plant-process-Inconnu

 

Pour que l'industrie progresse, les gouvernements doivent marcher main dans la main 

En tant que leader mondial du carbonate de soude, nous voulons défendre une industrie qui tient compte à la fois du progrès scientifique et du climat. En tant que leader mondial, nous savons également que la collaboration et les partenariats sont essentiels pour proposer des solutions innovantes et une valeur partagée. 

Nos ambitions à Dombasle se concrétisent en collaboration avec Veolia et grâce au soutien du gouvernement français, de la région Grand Est, de l'ADEME et d'investisseurs engagés. Et Rheinberg est en passe de devenir la première usine de carbonate de soude au monde alimentée principalement par des énergies renouvelables, grâce au soutien des autorités locales et des entreprises locales qui fournissent les déchets de bois nécessaires.

Nous savons qu'il ne sera pas facile de guider l'entreprise Solvay, vieille de 160 ans, vers un monde neutre en carbone. 

Cela demandera beaucoup d'efforts, d'engagement et d'investissements, mais avec le soutien et la collaboration appropriés, nous pouvons faire en sorte que cela en vaille la peine.