Des composites omniprésents, de la quille à la tête de mât

Les matériaux composites de Solvay ont été choisis pour la construction d’un voilier de course, de la quille à la tête de mât.

Les voiliers de course nécessitent des matériaux ultra performants. C’est la raison pour laquelle le constructeur espagnol de voiliers de course haut de gamme Balance Arquitectura Naval a décidé de collaborer avec Solvay pour la conception de son nouveau catamaran,  Balance A+.

La vogue des ailes rigides

Catamaran graphic 1

La GBU Composite Materials de Solvay est déjà très présente sur le marché maritime, où le secteur très spécifique des voiliers de course constitue une excellente vitrine pour faire la démonstration des performances de ses matériaux. 

Balance Arquitectura possède une présence mondiale et une excellente réputation. Nous sommes fiers de collaborer avec une entreprise aussi estimée,” déclare Carlos Simarro, chargé de compte chez Composite Materials à Madrid. “Le marché maritime est petit mais nous procure une bonne visibilité, en particulier au travers de courses aussi célèbres que l'America's Cup. Nos matériaux équipent les bateaux de nombreuses équipes prestigieuses.”
 
Dans le cas du catamaran Balance A+, la fibre de carbone de Solvay a été utilisée non seulement pour les parties structurelles comme la coque, mais également pour les voiles, et plus précisément pour une structure rigide aérodynamique similaire à une aile d’avion, qui remplace les voiles traditionnelles et que l'on appelle également une aile. “L’utilisation d’ailes rigides est de plus en plus fréquente à bord des voiliers de course,” explique Carlos. “Elles sont plus efficaces pour capter la force du vent, quelle qu’elle soit.

Le marché maritime est petit mais assure à nos matériaux une bonne visibilité, en particulier au travers de courses aussi célèbres que l’America’s Cup. Nos matériaux équipent les bateaux de nombreuses équipes prestigieuses.

Carlos Simarro, Account Manager, Composite Materials, Solvay

Des résines thermodurcissables à basse température

La résine thermodurcissable choisie pour ce catamaran est le préimprégné VTM-264, un  thermoplastique renforcé de fibre longue (LFT) léger et hautement résistant, qui présente également l'avantage de cuire à basse température sans nécessiter d’autoclave.

Nécessaire pour que le préimprégné devienne rigide, la cuisson du VTM-264 requiert une température de seulement 65°C. “Il est ainsi possible de cuire des pièces de grande taille sans utiliser un équipement particulier très onéreux, qui doit parfois être fabriqué sur mesure,” poursuit Carlos. Ce mode de fabrication unique confère au catamaran une rigidité optimale pour un poids minime, qui l’avantage par rapport aux navires concurrents.

Racing sail boat on the water


Des résines pour une surface lisse et régulière

Les résines de la gamme VTM 260 portent différents noms en fonction de leur viscosité, qui détermine la qualité de l’imprégnation de la fibre. Avec une viscosité moyenne, le VTM-264 a été choisi pour ses caractéristiques propices à la fabrication des ailes. Comme l’explique Carlos, “Pour les ailes, vous avez besoin d’une faible porosité afin d’obtenir une surface lisse et régulière, dépourvue de toute imperfection durant la consolidation du stratifié. Si les températures du cycle de cuisson ne sont pas les bonnes, la résine n'imprègne pas correctement le matériau, d'où une pièce de mauvaise qualité et une aile moins performante.

Il s’agit bien entendu de matériaux haut de gamme onéreux, qui ont peu de chance d’équiper les bateaux de loisirs. Mais dans l’univers ultra performant des catamarans de course, tout doit être parfait à 100 %, à l’instar des matériaux fournis par Solvay.