Cela fait plus d’un siècle et demi que Solvay s’adapte à un monde en perpétuel mouvement. Le groupe a dû se réinventer à plusieurs reprises, en tirant toujours parti de son riche héritage en matière de responsabilité sociale, d’excellence technique et de continuité familiale.

Le Groupe est né en 1863 d’une rupture technologique majeure: le procédé de soude à l’ammoniaque mis au point par Ernest Solvay et un petit cercle de proches, dont son frère Alfred. Après quelques années d’incertitudes techniques, Solvay se lança dans une expansion internationale accélérée par la construction d’usines dans l’ensemble du monde industrialisé.

En 1900, 95 % du carbonate de soude consommé dans le monde était produit par le procédé Solvay. L’entreprise survécut à deux guerres mondiales, grâce à sa base actionnariale familiale et à des secrets de fabrication jalousement gardés. Et au début des années 1950, Solvay se diversifia largement et relança son expansion planétaire.

Les années récentes virent d’autres transformations radicales, comme la vente des activités pharmaceutiques et l’acquisition de Rhodia pour former un nouveau Solvay.

Nous avons toujours travaillé en imposant à nos intelligences un progrès continu

Ernest Solvay

Le temps des pionniers

La ‘start-up’ Solvay est créée en 1863 pour la fabrication du carbonate de soude à l’aide d’un procédé industriel radicalement novateur. C’est l’aube de la seconde révolution industrielle, une ère de foi dogmatique dans le progrès par la science et l’industrie. L’électricité est domestiquée depuis peu et de nouveaux procédés étendent le champ des applications de la chimie, bien avant l’âge du pétrole. Les inventeurs-entrepreneurs tels qu’Edison, Nobel, Bell, Marconi – et Ernest Solvay – sont des figures emblématiques de cette période. Après quelques années de difficultés techniques, l’entreprise devient rapidement l’une des plus grandes multinationales au monde et, en tant que telle, intègre une diversité de cultures nationales.

 

Des entrepreneurs avisés

Les frères Alfred et Ernest Solvay n’ont que 23 et 25 ans lorsqu’ils fondent leur société en 1863. Sur cette photo, on distingue les frères (Alfred 2e et Ernest 3e à partir de la droite) accompagnés de leurs collègues de la gérance, lors d’une visite à la soudière allemande de Wyhlen, dans les années 1880.

Pioneeringtimes1

 

Solvay implante l'industrie chimique de masse aux Etats-Unis

Solvay introduit l’industrie chimique de masse dans de nombreux pays, y compris les Etats-Unis en 1881. La soudière de Syracuse (NY), la première en Amérique, est située dans un village qui adopte le nom de Solvay (photo d’Édouard Hannon).

Pioneeringtimes2

 

Breveter une invention… En deux étapes.

A la veille de son 23e anniversaire, Ernest Solvay dépose un brevet pour un procédé de production de soude à l’aide de sel marin, d’ammoniaque et de gaz carbonique. Ce que le jeune inventeur ignore, c’est que ce brevet n’a aucune valeur, puisque la réaction qu’il décrit est bien connue des experts. Démoralisé, mais toujours déterminé, Ernest dépose un second brevet en 1863 avec l’aide du juriste Eudore Pirmez. Il décrit cette fois la succession des appareils et des opérations plutôt que le principe en lui-même.

Pioneeringtimes3

 

Une des premières multinationales

Solvay est l’une des toutes premières sociétés industrielles à tirer parti de la première vague de mondialisation de l’économie à la fin du 19e siècle. Dès les années 1880, elle détient un réseau d’usines, en propre ou en partenariat, s’étendant du Michigan aux contreforts de l’Oural. Sur cette image prise par le Directeur technique Édouard Hannon, on reconnaît Alfred Solvay sur un bateau à vapeur reliant les États-Unis en cinq jours.

Pioneeringtimes4

 

Un pied dans la steppe

L’aventure russe de Solvay débute par un accord de partenariat conclu avec l’industriel Ivan Lubimoff. La Lubimoff & Cie est fondée en 1881, et deux ans plus tard une usine est érigée à Berezniki, dans l’Oural. A l’époque, dans des conditions hivernales dantesques, il faut une semaine de traîneau et de bateau pour rejoindre Moscou.

Pioneeringtimes5

 

Usine de Couillet 1877

La première installation industrielle construite par Solvay se situe à Couillet, dans la région de Charleroi en Belgique. Cette région verrière extrêmement productive est un lieu d’accueil idéal pour un producteur de soude. C’est aussi le bastion d’un petit groupe d’amis et de soutiens nommés Pirmez, Lambert et Nélis, sans qui l’entreprise familiale n’aurait jamais vu le jour.

Pioneeringtimes6

 

Une histoire de familles

Solvay & Cie est fondée en 1863 sous la forme d’une société en commandite financée par quelques familles issues de la moyenne bourgeoisie industrielle. L’intégralité des parts est détenue par les cinq enfants d’Alexandre Solvay, ainsi que par les familles des partenaires financiers, les Pirmez, Lambert, Nélis et Sabatier. Jusqu’en 1967, les actions restent dans ce cercle social fermé, à de rares exceptions près. Aujourd’hui, les descendants de ces familles contrôlent toujours une solide proportion des actions,notamment par l’intermédiaire du holding Solvac.

Pioneeringtimes7

La consolidation de la puissance

Solvay est une figure de proue de la première mondialisation, dans le dernier quart du 19e siècle. Grâce à son réseau international solide et précoce, l’entreprise contribue au développement industriel des nombreux pays dans lesquels elle s’installe – en direct ou en partenariat. Leader mondial dans son secteur, Solvay est aussi reconnu pour sa politique sociale avancée et son mécénat scientifique d’envergure.

 

Une politique sociale avancée 

Les soins de santé et les systèmes de pension constituent une part importante de la politique sociale avancée de Solvay. Dès 1878, des centres médicaux et des hôpitaux sont érigés à proximité des usines  et prodiguent des services gratuits aux travailleurs et à leur famille en matière de médecine générale, chirurgie, gynécologie, dentisterie, soins à domicile, etc. Solvay prend aussi à sa charge le coût des médicaments pour les ouvriers et continue à payer la moitié de leur salaire en cas de maladie. Les victimes d’accidents du travail sont assurés et dédommagés en cas de blessure. 

Le premier fonds de pension est établi en 1879.

consolidationofpower5

 

Cité scientifique du parc Léopold, Bruxelles

Ernest Solvay considère la science comme son “cinquième enfant”. Une pleurésie l’a empêché d’entamer un parcours universitaire. 

Malgré cela, après avoir bâti sa fortune, il consacre son influence et son argent à promouvoir les sciences académiques. Plusieurs des instituts qu’il fonde apparaissent sur ce dessin: Physiologie (1895), École de Commerce (1903) et Sociologie (1902), formant une véritable Cité scientifique dans le parc Léopold de Bruxelles, à proximité des actuelles institutions européennes.

consolidationofpower2

 

Une passion pour la Chimie

La physique est certainement la discipline scientifique favorite d’Ernest Solvay. Il finance et supervise l’organisation à Bruxelles d’une série de conférences qui rassemblent les plus brillants esprits de leur époque. En 1911, un premier conseil permet un riche débat entre Einstein, Curie, Langevin, Nernst, Planck, Brillouin, Lorentz, Rutherford, Poincaré … entre autres ! Un conseil similaire est organisé en 1922 pour la chimie, et des instituts sont créés dans la foulée pour pérenniser l’organisation de ces prestigieuses conférences … jusqu’à nos jours.

consolidationofpower7

 

Priorité à la science et à l'éducation

L’activité philanthropique de Solvay se focalise sur la science et l’éducation. Pour son 50e anniversaire en 1913, Solvay fait d’importantes donations à des universités en Europe, aux États-Unis, et au Congo. Un institut d’éducation ouvrière est aussi mis sur pied à Bruxelles. Dans ses sites industriels à travers le monde, Solvay organise des crèches, des écoles primaires (ici à Turda, en Roumanie) et des colonies de vacances pour les enfants du personnel. Solvay octroie en outre des bourses d’étude pour les membres du personnel et leurs enfants.

consolidationofpower6

 

Les arbres de la soude et de l'électrolyse

Des versions successives de cet arbre à soude sont exposées par Solvay lors d’expositions industrielles ou universelles. Les matières premières apparaissent dans le sol. Le tronc illustre les principaux produits de l’entreprise et les branches, les sous-produits et dérivés. Les feuilles représentent les usages innombrables des produits sodiques. A partir de 1900, un deuxième arbre grandit à côté du premier, annonçant la venue de l’électrolyse qui permet de produire de la soude caustique et du chlore en quantités égales.

consolidationofpower3b

 

Une domination incontestée

Au tournant du 20e siècle, Solvay est une société mono-produit leader d’une industrie en forte croissance. Avec ses sociétés associées en Grande-Bretagne (Brunner, Mond & Co), en Allemagne (Deutsche Solvay Werke), en Autriche-Hongrie (Oesterreichischer Verein), aux États-Unis (Solvay Process Co) et en Russie (Lubimoff Solvay & Cie), le groupe détient 32 usines employant 25.000 personnes et produisant près de 2 millions de tonnes d’alcalis. L’ensemble forme le plus grand groupe chimique au monde en termes d’employés et de production.

consolidationofpower4

 

Gérants familiaux 1913

Aussi longtemps que Solvay demeure une société en commandite (jusqu’en 1967), la gestion est presque intégralement confiée à des membres des familles Solvay, à la notable exception de Prosper Hanrez (1880-1886) et d’Édouard Hannon (1907-1922), deux directeurs techniques émérites qui ont gagné le droit de rejoindre la “Gérance” grâce à leur apport exceptionnel. Sont représentés sur cette photo (de gauche à droite): Louis Solvay, Edgard Hulin, Armand Solvay, Ernest Solvay, Georges Querton et Édouard Hannon.

consolidationofpower1

 

Pendant ce temps dans la vallée du Rhône... 

En 1857, le jeune chimiste Prosper Monnet fonde à Lyon l’une des premières sociétés françaises produisant de l’aniline, un colorant. En 1895, l’entreprise devient une société anonyme sous le nom de Société Chimique des Usines du Rhône (SCUR). Parmi ses produits phares figurent la vanilline (1894), les parfums synthétiques (1896), l’Aspirine du Rhône (1902), l’acétate de cellulose (1902) et, dès 1917, le Rhodoïd, un plastique à base de cellulose. En 1902, la SCUR lance la marque Rhodia pour désigner l’arôme de vanille et certains produits dérivés de l’acétate.

consolidationofpower8

 

Le temps des doutes

Le déclenchement de la première guerre mondiale marque la fin d’une époque et l’avènement d’un nouvel ordre mondial. Les multinationales doivent soudainement faire face à la montée en puissance d’antagonismes nationaux. Le visage de l’industrie chimique mondiale se bouleverse complètement. Solvay doit s’adapter en défendant son leadership par le biais d’alliances et par son excellence technique.

 

Au secours d'une population menacée de famine

Durant la première guerre mondiale, la population belge souffre d’une pénurie de biens de première nécessité et de la mise à l’arrêt de l’appareil industriel. Un Conseil National de Secours et d’Alimentation (CNSA) est mis en place par des politiciens et des industriels dès 1914. Ernest Solvay, qui fait un don d’un million de francs, en prend la présidence. Cette organisation privée agit comme une sorte de “deuxième gouvernement belge” pendant le conflit. D’autres dirigeants de Solvay y jouent un rôle, notamment Emmanuel Janssen et Louis Solvay.

timesofdoubts6

 

Survivre à deux guerres mondiales

Solvay est littéralement piégé par le déclenchement de la première guerre mondiale. Ses installations belges sont réquisitionnées par l’occupant allemand. Le groupe possède des usines dans les principaux pays belligérants. Pire, ses filiales étrangères entrent en confrontation. Pendant la seconde guerre mondiale, Solvay voit la propriété de ses sites menacée tant dans une Europe occupée par les nazis qu’en zone alliée. Ernest-John Solvay et son beau-frère René Boël ont respectivement pour mission de maintenir l’autonomie de l’entreprise dans ces deux zones.

timesofdoubts4

 

Perte d'influence aux Etats-Unis

A partir de la première guerre mondiale, les États-Unis commencent à imposer leur leadership politique et économique. Pour Solvay, cette région du monde est source d’inquiétudes. Solvay possède des participations dans deux sociétés: la Solvay Process Co et la Semet-Solvay Co, qui fusionnent en 1920 avec trois autres sociétés chimiques pour former l’Allied Chemical & Dye Corp. Bien que Solvay demeure le plus gros actionnaire étranger de ce puissant conglomérat, son influence aux USA va décroissant. Une autre source de préoccupation est le krach boursier de 1929. Même si l’activité industrielle de Solvay n’est pas dramatiquement affectée, la banque privée d’investissement du Groupe - la “Mutuelle Solvay” - enregistre de lourdes pertes et doit être restructurée.

timesofdoubts3

 

Gérants à Borth, 1926

En 1922, Ernest Solvay décède à l’âge de 83 ans. Après sa disparition, il est difficile d’identifier un leader naturel possédant sa stature. La gestion du groupe devient un exercice plus que jamais collégial. Chaque membre actif au sein de la “Gérance” est personnellement responsable d’une liste de pays et de fonctions. Sur cette photo de 1926, les dirigeants de Solvay visitent les mines de sel de Borth, en Allemagne. A partir de la gauche: Louis Solvay (2e); Emmanuel Janssen (5e) et Ernest-John Solvay (7e).

timesofdoubts1

 

Conseil de physique Solvay, 1927

Le 5e Conseil international de Physique Solvay sur les électrons et les photons (1927) est probablement l’un des plus importants rassemblement de physiciens de l’histoire. C’est à cette occasion que la nouvelle théorie de la physique quantique prend son envol. La discussion intense entre Albert Einstein et Niels Bohr est restée célèbre. 17 participants sur les 29 ont obtenu ou obtiendront le prix Nobel.

timesofdoubts7

 

Dans les griffes des régimes communistes

Par deux fois dans son histoire, Solvay subit la loi de régimes communistes. La première, en 1917, lorsque la révolution bolchévique débouche sur la confiscation des usines et des mines russes. La seconde, après la seconde guerre mondiale, lorsqu’une quinzaine de sites industriels sont nationalisés de force à l’Est du Rideau de fer (en Roumanie, Hongrie, Allemagne de l’Est, Yougoslavie, Tchécoslovaquie et en Pologne. Malgré de nombreuses tentatives, Solvay n’obtient que de maigres réparations dans la plupart des cas.

timesofdoubts5

 

Une descente dans le maelstrmm de l'histoire européenne 

Sous le régime hitlérien, la direction supérieure des filiales de Solvay est germanisée, puis soumise au système de Verwaltung (séquestre). Cela prive Solvay de la supervision effective de ses usines. Toutefois, les administrateurs tout-puissants qui prennent les rênes de la filiale font preuve de loyauté envers Solvay et lui permettent de résister aux plans de dépeçage imaginés par ses concurrents. L’usine de Bernburg, ici peinte en 1938 par Karl Blossfeld, a vu défiler des pages majeures de l’histoire européenne. Fondée sous Bismarck, elle est mise sous séquestre par les nazis, puis saisie par les communistes, partiellement démantelée par les Russes, récupérée par Solvay après la chute du mur de Berlin et restaurée pour faire face à la mondialisation.

timesofdoubts2

Diversification et ouverture

Durant les “Trente glorieuses” années s’étendant de l’immédiat après-guerre au milieu des années 1970, l’économie mondiale est en plein boom. Solvay se diversifie largement et se rapproche du consommateur final. La commandite simple Solvay se transforme en société anonyme et fait son entrée en bourse, même si son capital reste contrôlé par ses familles fondatrices.

 

Toujours plus de recherche

La diversification dans des secteurs neufs requiert toujours plus de recherche. Solvay inaugure un centre dédié à la recherche à Neder-over-Heembeek (NOH) en 1953. Aujourd’hui le campus de NOH est devenu le quartier général du groupe. Alors qu’en 1950, le portefeuille de produits de Solvay est encore confiné à la soude, la soude caustique et les dérivés chlorés inorganiques, en 1967, près de la moitié du chiffre d’affaires est réalisé hors de ces domaines, avec des produits tels que le PVC, les peroxydés et la transformation des plastiques.

diversification2

 

La gérance lors du centenaire

L’année où Solvay célèbre son centenaire, il n’y a toujours que des managers familiaux à la tête de l’entreprise. L’optimisme est mise, car l’ambitieux programme de diversification commence à porter ses fruits. De gauche à droite : Paul Washer, Pierre Solvay, René Boël, Ernest-John Solvay, Henri Delwart, Jacques Solvay.

diversification1

 

Plus proche du consommateur

Jusqu’à la fin des années 1960, Solvay ne fournit que des clients industriels. En 1967, elle se lance dans des produits destinés au consommateur final. Le marketing joue un rôle croissant. Comme l’illustrent ces vêtements créés à partir de fibres plastiques, Solvay se rapproche sensiblement de ses clients ! Parmi bien d’autres choses, l’entreprise invente la bouteille plastique pour eau minérale, qui connaît un succès retentissant. Pour développer son activité de PVC, Solvay crée la joint-venture Solvic avec son partenaire britannique de longue date, les Imperial Chemical Industries.

diversification3

 

Les péroxydés, une deuxième voie de diversification

Au-delà de la révolution plastique, une autre voie de diversification est constituée par les péroxydés. Solvay a obtenu la licence d’un procédé d’IG Farben comme compensation de guerre en Allemagne et a entamé sa propre recherche dans la foulée en 1951. Le peroxyde d’hydrogène, un agent blanchissant et désinfectant, est principalement utilisé dans l’industrie des détergents. Il est aussi employé dans l’industrie cosmétique, comme l’illustre la jeune femme blonde sur cette photo. Interox est le nom porté par la joint-venture, leader mondiale, créée par Solvay en 1971 avec la société britannique Laporte.

diversification7

 

Ouverture du capital au public

En 1967, la commandite discrète qu’est Solvay depuis plus d’un siècle se transforme en société anonyme. Ce changement est nécessaire pour financer le développement des nouvelles activités. Toutefois, les familles fondatrices conservent la majorité des actions. Leur mainmise est encore renforcée en 1983 avec la création du holding Solvac, inaccessible pour les investisseurs institutionnels. L’ouverture du capital au public ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire du groupe qui se traduit notamment par la nomination de membres non familiaux au Comité exécutif.

diversification5

 

Solvay aux Etats-Unis: le retour

Solvay revient en industriel aux États-Unis en 1974, suite au rachat de l’activité de polyéthylène haute-densité (HDPE) de la Celanese Corp., qui possède une unité de production à Deer Park, au Texas. Il s’agit à ce moment de la plus grande usine de HDPE du pays ! Ce tournant stratégique est réalisé sous la direction de Jacques Solvay. La filiale américaine prend le nom de Soltex Polymer Corp., car le droit d’utilisation de la marque Solvay appartient toujours à Allied Chemical !

diversification4

 

Le triomphe de l'or noir

Du charbon au pétrole ... ou le triomphe de la pétrochimie. En quelques années, Solvay devient le plus gros producteur européen de PVC. Par cette position, elle accroît sa dépendance à une matière première dont elle ne maîtrise pas les coûts: l’éthylène, issu du pétrole. A partir de ce moment, les résultats de Solvay sont partiellement liés à l’évolution des cours du pétrole.

diversification6

 

Pendant ce temps les grandes manoeuvre de Rhône-Poulenc

En 1928, la SCUR avait fusionné avec Poulenc Frères pour donner naissance à Rhône-Poulenc. Très actif dans la pharmacie et les fibres, le groupe s’était diversifié après la guerre pour devenir un producteur majeur de fibres artificielles (nylon, polyester), de pénicilline et de silicones. Au cours des années 1960 et 70, une série de fusions et acquisitions propulse Rhône-Poulenc à la tête de l’industrie chimique française. Doté d’un grand nombre de divisions et de métiers, Rhône-Poulenc doit se réorganiser dans les années 1970 et 80, notamment par le désinvestissement de la plupart de ses activités textiles, pétrochimiques et des engrais.

diversification8

 

 

 

Face aux défis mondiaux

Au moment où le 20e siècle touche à sa fin, tant les défis que les opportunités se mondialisent. Les économies et les sociétés sont particulièrement transfigurées par les conséquences des chocs pétroliers, la fin de la guerre froide et l’avènement de l’âge de l’information. Solvay répond à ces mutations en entrant dans les sciences de la vie, en accroissant sa présence sur les marchés émergents, et en recentrant son portefeuille d’activités.

 

La révolution biochimique

Après le premier choc pétrolier, Solvay affirme sa volonté de réduire sa dépendance à l’or noir et d’entrer dans des activités moins cycliques. Les “sciences de la vie” sont un champ prometteur, incluant la santé humaine et animale, la protection des cultures, ou encore les enzymes. Le groupe bâtit un nouveau secteur en se basant sur sa filiale allemande Kali-Chemie, ainsi que sur de nouvelles acquisitions (Salsbury, Duphar…). Progressivement, le groupe se concentre sur la santé humaine et investit massivement dans ce secteur.

facingchallenges2

 

Solvay revient à l'est

La chute du mur de Berlin est chargée de signification pour Solvay. Le groupe récupère rapidement son usine historique de Bernburg, qu’il retrouve dans un état peu glorieux. Par ailleurs, le contexte économique difficile que connaît l’Europe réunifiée rend ardu une expansion rapide en Europe de l’Est. Après quelques années d’efforts, et suite à l’acquisition en 1996 de la soudière de Devnya en Bulgarie, Solvay est bel et bien de retour à l’Est.

facingchallenges6

 

Solvay s'oriente vers les régions en forte croissance

Dans les années 1980, Solvay est surtout implanté dans le monde occidental. L’Asie devient une priorité dans les années 1990. Les premiers efforts se portent sur la Thaïlande, la Corée du Sud et le Japon. Ce n’est qu’un début. Les grandes manœuvres démarrent ensuite en Inde et, après des efforts considérables, Solvay parvient à s’établir avec succès en Chine.

facingchallenges4

 

Comité executif, 1995

Daniel Janssen est le dernier CEO issu de la lignée du fondateur. Lorsqu’il quitte son poste pour celui de président du Conseil d’administration en 1998, Aloïs Michielsen devient le premier CEO non familial. Il est lui-même suivi en 2006 par un autre “cadre maison”, Christian Jourquin. Sur cette photo du Comité exécutif en 1995, tous les membres, à l’exception de Daniel Janssen, sont des “managers salariés”, c’est-à-dire non familiaux.

facingchallenges1

 

Sortie des polyoléfines

A l’aube du 21e siècle, Solvay cherche à réduire sa présence dans des activités cycliques. L’activité de polyoléfines est particulièrement vulnérable. En août 2001, le groupe conclut un accord majeur avec British Petroleum (BP), par lequel il cède ses activités polyoléfines et acquiert l’activité prometteuse de polymères techniques de BP. Cet échange avantageux est un pas important dans le développement de l’activité de polymères spéciaux de Solvay.

facingchallenges3

 

 

Les polymères spéciaux: des produits à haute valeur ajoutée

A partir de l’an 2000, Solvay porte une grande attention à la croissance de ses plastiques techniques qui génèrent une forte valeur ajoutée. La société italienne Ausimont, filiale de Montedison, attire toute son attention. En janvier 2003, après de longues négociations, les activités de polymères fluorés de Solvay et d’Ausimont sont intégrés dans une nouvelle entitée appelée Solvay Solexis, qui propulse Solvay parmi les leaders mondiaux des produits fluorés.

facingchallenges5

 

 

 

Pendant ce temps...La naissance de Rhodia

Les années 1990 sont marquées par une séparation retentissante entre les activités pharmaceutiques de Rhône-Poulenc et ses branches chimiques, plastiques et fibres. Les premières continuent sous le nom de Rhône-Poulenc jusqu’à leur fusion avec Hoechst pour former Aventis. Les secondes sont réunies sous la bannière de Rhodia, qui devient indépendante en 1998. La nouvelle entité se voit confrontée au défi de réduite la dette héritée de la séparation, tout en renforçant sa présence dans la chimie de spécialité.

Towardanewsolvay5

 

 

 

Vers un nouveau Solvay

Les années récentes ont vu une transformation intense du profil du Groupe. La vente de l’activité pharmaceutique et l’acquisition de Rhodia en deux petites années ont radicalement modifié le périmètre et la stratégie de Solvay, qui conserve néanmoins un héritage bien vivant.

 

Fournir les solutions de demain

Solvay s’engage à intégrer les défis sociétaux d’aujourd’hui et de demain, et à fournir des solutions axées sur les méga-tendances telles que l’urbanisation ou la quête de mobilité. En 2006, Solvay crée la joint-venture SolviCore pour la production d’assemblages membranes-électrodes (AME), qui sont des piles à combustible à membrane d’échange de protons. Les véhicules électriques propulsés par ces piles à combustible fournissent des performances comparables à celles de moteurs actuels à combustion interne, mais sans aucun gaz d’échappement ni pollution sonore.

Towardanewsolvay1

 

Une impulsion pour "l'innovation verte"

Depuis 2004, Solvay est un partenaire majeur du projet “Solar Impulse” mené par Bertrand Piccard et André Borschberg. Leur ambition est de faire voler un avion autour du monde, jour et nuit, par la seule force de l’énergie solaire. Solvay contribue largement à son développement par sa recherche, et par ses fluoro-polymères et plastiques techniques utilisés dans les batteries, les cellules photovoltaïques, et les parties légères de la structure. (Copyright: Solar Impulse/Stéphane Gros.)

Towardanewsolvay2

 

Des opérations d'envergure en un temps très court

En 2009, sous la houlette de son CEO Christian Jourquin, Solvay vend l’ensemble de ses activités pharmaceutiques à Abbott et, après plusieurs mois d’analyse, utilise le produit de la vente pour lancer une OPA amicale sur le groupe chimique français Rhodia. L’acquisition de Rhodia par Solvay en 2011 est en réalité une fusion de deux groupes de tailles similaires. En 2012, Jean-Pierre Clamadieu, le CEO de Rhodia, succède à Christian Jourquin à la tête de Solvay. C’est la première fois que le groupe est dirigé par un CEO qui n’a pas développé sa carrière dans l’entreprise.

Towardanewsolvay3

 

Acquisition de Rhodia

Fin 2011, Solvay s’intéresse à l’entreprise chimique française Rhodia, précédemment la branche chimique de Rhône-Poulenc. Rhodia n’est pas seulement attractive pour son portefeuille d’activités et ses positions géographiques complémentaires à celles de Solvay, elle partage aussi avec Solvay une vision du développement durable. Après cinq semaines de discussions, un accord est entériné. Cette acquisition permet à Solvay d’accroître son périmètre de 65 sites de production répartis dans 19 pays, de bureaux de ventes dans beaucoup d’autres, et de cinq centres de recherche autour du globe. Rhodia apporte sa force dans les marchés des biens de consommation et de l’automobile, ainsi que ses positions de leader dans plusieurs nouveaux secteurs

facingchallenges7

 

Une nouvelle identité visuelle 

Jusqu’en 2013, l’identité visuelle de Solvay n’a que légèrement évolué. Dévoilé en janvier 2013, le nouveau logo du groupe est emblématique de sa transformation. Le “S” iconique et la couleur bleue rappelle clairement la tradition de Solvay. La nouvelle signature, “Demandons plus à la chimie”, résume l’ambition d’être un modèle de chimie durable grâce à un progrès continu, à l’excellence opérationnelle, et à la prise de responsabilités dans l’exercice de ses activités.

Towardanewsolvay4

Se réinventer…Une fois de plus

Solvay a connu une transformation majeure entre 2012 et 2017, avec 50 acquisitions et cessions. Aujourd'hui, le Groupe est plus durable, plus rentable, plus innovant, plus spécialisé et plus global.

 

Devenir un acteur majeur des composites pour une mobilité plus propre

L’acquisition de la société américaine Cytec en 2015 a été la plus importante jamais réalisée, nécessitant la première augmentation de capital depuis la transformation de Solvay en société par actions. Cytec était auparavant la division chimique d’un groupe très diversifié appelé American Cyanamid, fondé en 1907.  Elle a été créée en tant que société indépendante en 1993 et s'est spécialisée dans les technologies composites et les produits chimiques miniers. Grâce à cet accord, Solvay se positionne désormais comme un leader des matériaux d'allègement pour les grands clients de l'industrie aérospatiale et automobile.

280226618

 

La diversité au sommet

En 2018, Solvay a annoncé la nomination d’Ilham Kadri comme première femme CEO. Dans une industrie dominée traditionnellement par les hommes, Solvay croit fermement que la diversité des genres, des cultures, mais aussi des perspectives et des expériences est un atout clé pour assurer sa réinvention permanente.